Photographie illustrant un avantage du fichier .Ai, la vectorisation

Le fichier Ai, un outil précieux au format vectoriel


Vous recherchez une belle illustration, un motif abstrait ou un logo percutant destiné à l’impression ou à la broderie? Quel que soit le support et le procédé de reproduction envisagés, un dessin textile est toujours proposé sous la forme d’un (ou plusieurs) document(s) numérique(s) exploitable(s).

Il est donc temps de vous présenter l’un des formats de fichiers informatiques les plus prisés par les designers : le fichier .AI. À quoi correspond ce format numérique ? Pourquoi fait-il l’unanimité dans l’univers du graphisme et de l’illustration ?



Que signifie l’abréviation AI ?


John Warnock, cofondateur d’Adobe disparu récemment, n’a pas découvert le principe de l’image vectorielle. En revanche, il a créé le logiciel de graphisme Adobe Illustrator, une référence pour les illustrateurs, graphistes et designers.

En effet, outre sa polyvalence, cet éditeur d’image a une spécificité : il est basé sur l’utilisation de vecteurs. Il permet donc de créer, modifier et enregistrer des dessins vectoriels plutôt que des images pixellisées (cf. ci-dessous « Image vectorielle vs image matricielle ») .

L’abréviation « AI » correspond tout simplement aux initiales du logiciel Adobe Illustrator, cette application dédiée à la création graphique très populaire chez les professionnels du design. L’extension de nom de fichier .AI s’applique aux fichiers natifs (fichiers source) d’Adobe Illustrator.



Image vectorielle vs image matricielle


Il existe deux grandes familles d’images numériques : les images matricielles (ou pixellisées) et les images vectorielles. Une image matricielle se compose d’une multitude de petits carrés colorés (appelés « pixels » ou « points »), alors qu’une image vectorielle est constituée de traits de couleur, tout comme un dessin.

De ces deux façons de traiter une image découlent deux formats de fichiers distincts, fréquemment utilisés en graphisme et en impression : le fichier matriciel (ex : fichier PSD, GIF, PNG, etc.) et le fichier vectoriel (ex : fichier AI, EPS, PDF, etc.)

Aussi nommé fichier pixellisé ou fichier bitmap (« carte de points »), un fichier matriciel « abrite » les données d’une image pixellisée. Ce format est particulièrement adapté au stockage, à l’affichage et à l’édition de photos de qualité, car il offre un rendu riches en nuances, en ombres et en textures. En revanche, comme une image pixellisée se compose d’un nombre prédéterminé de pixels, elle a tendance à devenir floue, voire granuleuse lorsqu’elle est redimensionnée à plus de 200 %, surtout si elle est initialement de faible résolution (peu de pixels par cm²).

Un fichier vectoriel, tel qu’un fichier AI par exemple, contient quant à lui une image vectorielle éditable et redimensionnable à l’infini sans aucune perte de définition (qualité, finesse...). C’est pourquoi ce type d’image est privilégié pour la conception d’illustrations, motifs simples et logos destinés à être déclinés dans différentes échelles.

Vous l’avez compris, selon le type d’image (photo ou création graphique) un fichier matriciel n’offre pas la même qualité de rendu qu’un fichier vectoriel. Opter pour l’un ou l’autre est donc un choix à définir selon la nature du motif, sa destination, son application et la technique de reproduction envisagée.


Illustrations de l'avantage du fichier .AI, la mise à l'échelle sans perte de qualité


Pourquoi utiliser un fichier AI pour le motif textile ?


Redimensionnement sans limite d’un motif

L’utilisation d’images vectorielles permet de conserver exactement la même résolution après les avoir redimensionnées/agrandies. Ce type d’image permet une mise à l’échelle parfaite pour un résultat net et lisible. Le format AI est donc idéal pour un motif décliné dans différentes tailles et supports. Parfait pour préserver la stabilité des couleurs et empêcher toute déformation des détails d’un dessin textile, qu’il soit simple et abstrait, ou plus détaillé !


Création et partage de fichiers graphiques peu volumineux

Lorsqu’une image pixellisée est très détaillée, le nombre de points qui la composent peut atteindre plusieurs millions. Précis, mais lourd à utiliser !

À qualité de rendu égale, une image vectorielle contenue dans un fichier AI est beaucoup moins volumineuse. Elle permet de bénéficier d’une vitesse de chargement et d’enregistrement rapide. Un atout généralement apprécié par les différents intervenants appelés à manipuler le fichier, de la création du motif à sa mise en application.


Un motif facilement modifiable pour l’adapter à vos besoins

Généré grâce à Illustrator et donc en adéquation totale avec l’utilisation de ce logiciel dédié au dessin, le fichier AI rend possible la modification d’un motif textile (variations de couleurs, format…)


Rendu optimal à l’impression

À l’impression, un fichier AI offre un excellent rendu des motifs dessinés, aussi bien en ce qui concerne la précision des lignes et des détails que la netteté des couleurs.



Impression d’un motif textile réalisée à partir d’un fichier .Ai



Les différences entre un fichier .Ai et les autres formats


Quelques formats de fichiers vectoriels

Contrairement à un fichier AI, il permet l’affichage et le redimensionnement d’images vectorielles sans perte de définition, mais pas leur modification.

Il possède sensiblement les même caractéristiques que son successeur en ce qui concerne le texte et les images 2D. En revanche, il ne gère pas la transparence de la même façon qu’un fichier AI. Par conséquent, le format EPS ne permet pas de créer directement des visuels destinés au web car il n’est pas conçu pour la superposition sur différents arrière-plans.


Quelques formats de fichiers bitmap, matriciels ou pixellisés